Destinations, Les plus...
Laisser un commentaire

Les hôtels avec galerie d’art : une signature, entre épate et mécénat.

La décoration d’un hôtel dépend de deux choses : du talent de l’architecte décorateur et des goûts du propriétaire. Et quand l’ambition est d’offrir mieux qu’un hôtel stylisé, l’art crée un esthétisme unique, et diffuse un éclat prestigieux que le design, si singulier soit-il, ne saurait apporter. Pour un hôtelier, exposer des oeuvres d’art est une façon originale de se démarquer dans un marché en perpétuelle recherche du buzz, de l’idée percutante et décalée qui attirera le client aisé mais blasé par les styles uniformes et de bon ton qu’arbore la majorité des hôtels haut de gamme des grandes métropoles.

The St Regis San Francisco

The St Regis San Francisco

Marcel Duchamp, artiste multiforme et radical, agitateur de la pensée artistique et grand inspirateur du Pop Art, disait que le bon goût est l’ennemi de l’art. Le bon goût, pourtant dénominateur commun de tous ces établissements luxueux qui fleurissent à Paris, Londres, New York, Sydney, Singapour, Hong Kong ou Shanghai. Henri Duvernois fut plus insultant : « le luxe, c’est l’art des imbéciles ». Pour certains hôteliers, se risquer galériste est une approche intelligente pour troubler le client, en lui offrant le frisson, l’interrogation, l’incompréhension, ou tout simplement l’émotion que suscite l’oeuvre d’art.

 

Si le chaland est épaté, l’hôtelier-esthète soigne en lui l’artiste refoulé et fait parfois preuve de mécénat. L’art dans un hôtel ne suffit pas au séjour, mais constitue une plus-value pour faire son choix. Un conseil : se renseigner sur les oeuvres exposées pour éviter que la cerise sur le gâteau ne provoque une indigestion. Car on est loin de la dizaine d’euros du ticket d’entrée pour un musée ! Au Chambers de New York, plus de 500 oeuvres d’artistes déjà reconnus ou en promesse de notoriété envahissent tout l’espace, pas seulement le hall et les couloirs, mais aussi les chambres.

L’art moderne domine, qu’il soit peinture, sculpture ou photographie. Certains hôtels sont de véritables mini-musées, comme The St. Regis de San Francisco, qui prolonge avec talent les vibrations artistiques de ces voisins (Musée d’Art Moderne et Musée de la diaspora africaine). Ou encore le Gartenhotel Theresia à Salzbourg dont le maître des lieux est un grand amateur et collectionneur d’art contemporain. Plus malin, l’Hotel Palomar, toujours à San Francisco, se fait prêter régulièrement des peintures des musées locaux, des oeuvres de Marc Chagall par exemple. Beaucoup plus éclectique dans ses choix, le très glamour Zaza à Dallas : son Art House and Social Gallery se veut l’extension créative de l’hôtel et tout le monde peut en profiter.

D’autres établissements misent humblement sur les artistes locaux, souvent naïfs, ceux qui rendent hommage à leur contrée, tel The Anse Chastanet Resort de Sainte-Lucie dont les peintures exposées peuvent être achetées. Au coeur du Museum Quarter d’Amsterdam, le Park Hotel expose tous les deux mois de nouveaux artistiques du cru. Les clients peuvent évoquer l’audace d’un tableau ou la perspective d’une photo tout en dégustant leur cocktail.

suite, Egerton House Hotel Londres

suite, Egerton House Hotel Londres

Et pour exploser les limites du prestige et du luxe, les grands maîtres. Plus d’échange de reconnaissance, ici l’oeuvre d’art arrête le temps. Rares sont les hôtels qui possèdent de tels chefs d’oeuvre. Ancienne demeure aristocratique, l’Egerton House Hotel de Londres est un écrin qui renferme des travaux de Picasso, Braque, Matisse ou Toulouse-Lautrec, une collection privée glanée par les richissimes propriétaires. Ils ont leur place dans l’histoire de l’art, sont du même siècle et bien morts eux aussi : les artistes exposés au Rose Bar du Gramercy Park Hotel de New York ont pour noms Andy Warhol, Jean-Michel Basquiat et Cy Twombly.

The Rose Bar, Gramercy Park Hotel New York

The Rose Bar, Gramercy Park Hotel New York

Cocorico pour terminer. Comment ne pas citer le mythique Negresco à Nice, véritable musée où les antiquités côtoient les oeuvres majeures (Nikki de Saint-Phalle, Moretti) ?

hôtel Negresco

hôtel Negresco

hôtel Negresco

hôtel Negresco

 

New Hotel of Marseille

New Hotel of Marseille

Autre démarche au New Hotel Of Marseille. Vous êtes au coeur même de l’élan créatif : chaque trimestre durant un mois, cet hôtel invite un artiste à installer son atelier sous la verrière et à se produire en direct. Histoire d’accorder autant d’attention à l’artiste qu’à l’oeuvre elle-même.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s